Un noveau type de campagne européene

UN NOVEAU TYPE DE CAMPAGNE EUROPÉENE

27.05.2019  |  Luis Bouza

Les résultats des élections européennes de Parlement dans les 28 États membres nous rappellent que l’élection européenne est une fabrication de différentes élections segmentées nationales. Deux exemples : l’extrême droite progresse en Italie, mais elle souffre en Autriche et en deuxième lieu il semble que dans quelques pays l’élection peut être un point de départ de la logique du deuxième ordre, alors que dans d’autres pays cette logique du deuxième ordre ne peut pas encore s’appliquer. Par conséquent, la fabrication de ce que nous nommons « résultats européens d’élection » est le produit d’une lutte interprétative qui commence durant la nuit d’élection. Cette lutte de narration mettra au point des publications sur différentes questions, mais les premières grandes nouvelles de la campagne sont celles qui peuvent avoir été significatives pour chacun d’eux.

En premier lieu, c’est la nuit plus atteinte pour le Parlement dans des termes d’assistance, puisque tournée a transformé une tendance vers le bas de 40 ans en étant la plus haute participation dès 1999. De plus, cette augmentation est allée de la main avec un progrès très modéré des critiques d’intégration de l’Union Européenne de plus en plus qui s’abstiennent d’attaquer le projet d’Union Européenne comme telle c’est-à-dire le régime. Cependant, indubitablement, ce résultat fera le nouveau Parlement le plus représentatif et comme tel le plus légitime. Beaucoup de discussion suivra l’enveloppe dont ou que le mérite – la campagne paneuropéenne procède, une attention de médias augmentée ou la confluence simple de quelques élections dans la plupart de pays – mais le fait consiste en ce que le Parlement aura beaucoup pour célébrer.

Une sentence cela, il est possible qu’il soit trop précoce pour commencer avec la dénomination d’une nouvelle ère dans la politique de l’Union Européenne. L’augmentation de la participation pourrait suggérer que les élections de l’Union Européenne sont les plus deuxièmes d’un ordre. Il semble que les citoyens ont utilisé l’élection d’hier pour punir des gouvernements nationaux au Royaume-Uni, aux Pays-Bas, en Allemagne et surtout la France, et le châtiment du gouvernement national c’est un aspect traditionnel de l’élection de duxième ordre. Cependant, en regardant la scène de la France plus étroitement, elle suggère que rarament cela peut être la deuxième élection du deuxième ordre, puisque le président Macron a positionné à l’Union Européenne comme la question principale de sa force politique et par définition aussi comme l’opposition principale pour les radicaux de droite et iziquierdas. Cela indique que la politique nationale et la politique de l’Union Européenne dans quelques pays de plus en plus sinergian.

Deuxièmement, les résultats et la campagne confirment que la future UE sera plus politisée, mais qu’il n’y aura pas un seul axe de politisation. L’opposition si marquée entre les pro-européens et les partis Europhobes n’a été qu’une des dynamiques.L’inquiétude pour une «vague populiste» a été fortement exagérée – ne pas réaliser que sa vague a eu lieu en 2014 – mais il a réussi à mobiliser les électeurs, dont l’impact n’a pas favorisé le PPE et le S&D, mais les libéraux d’ALDE et les Verts. Cela suggère que la campagne a soulevé des questions dans lesquelles les partis majoritaires sont moins compétitifs. Nous avons repris les conversations sur Twitter avant et après le débat télévisé entre les principaux candidats (voir graphique 1) et il semble que le changement climatique et non la migration aient été la principale préoccupation des utilisateurs. Bien que nous sachions que les conversations Twitter ne sont pas représentatives de la préoccupation générale des électeurs, elles agissent comme une chambre d’écho de la campagne paneuropéenne différenciée.

En troisième lieu, il est trop précoce de dire quoi l’effet qu’auront ces résultats sur les batailles institutionnelles, en incluant sur la composition des groupes, de fait, quelques batailles sont sur le point de commencer à fabriquer les nouvelles lignes de fente (voir l’article excellent de l’institut de Delors pour vérifier plus sur les fentes dominantes dans l’EP) . Essaiera-t-il, l’EPP, de prendre la tête d’une plus diverse coalition mais complètement pro-Europa, bien qu’aux dépens de la rupture avec Orban? Le S&D pourrent-ils forger une coalition « de Tsipras à Macron » comme a dit Timmermans ? ALDE aurait-IL un succès dans la création d’un espace moyen entre le spitzenkandidaten et la logique intergouvernementale à travers de la promotion de l’un des membres de son équipe, en même temps, qui pouvait joindre une majorité dans le Conseil ?

Finalement, les observateurs de politique de l’Union Européenne savent que, passe ce qui passe avec la désignation du président de Commission, la logique d’opposition et de coalition seront différentes durant la législature. La composition et le programme seul de la nouvelle Commission refléteront partiellement le résultat de l’élection, puisque les Mandataires sont proposés par les États membres – en incluant l’Italie, la Hongrie et la Pologne – et le programme sera conditionné par l’agenda, à son tour, inflluenciada par le Conseil Européen. En contrepartie, deux logique s’appliquera dans le Parlement :

En premier lieu, les majorités et les minorités seront définies une question par question. Selon une combinaison d’ordres nationaux du jour, de programmes des partis et des intérêts du groupe parlementaire, il peut y avoir une majorité pour des ordres ambitieux du jour dans quelques secteurs, mais non dans les autres. En deuxième lieu, un louange MEPs ils se sont montrés terrains fermes dans la défense de son institution dans les batailles de pouvoir contre le Conseil et la Commission, et cela changera improbablement. Par conséquent, plus qu’une logique d’un gouvernement – oposition, ce que nous pourrons voir est la consolidation d’une majorité a faveur d’Union Européenne dans les grandes questions interinstitutionnelles que va des libéraux renforcés et Verts même au même centre des S&D et d’EPP.

Cela peut avoir deux effets : a) peut-être on projette maintenant le Parlement et non la Commission comme l’institution plus en faveur de l’Union Européenne, et b) la possibilité de créer des relations tendues à l’intérieur des familles des groupes existants, par ce qu’il faut fournir des incitations pour de nouveaux alignements de partis. Plus d’analyse sera nécessaire dans les jours qui viennent à entendre motifs du vote et l’effet de la campagne et à prévoir la nouvelle dynamique à l’intérieur du Parlement et dans des relations interinstitutionnelles; mais déjà nous savons que la politique de l’Union Européenne est très loin « d’ennuyer » dans les mois suivants.