Ibiza-gate et ses répercussions

IBIZA-GATE ET SES RÉPERCUSSIONS

23.05.2019  |  Johannes Amann

Un week-end en mai et une île de l’Espagne. Pas plus que c’a été nécessaire pour causer un scandale politique qui peut encore s’élever à un mouvement sismique dans le paysage politique de l’Autriche.

Quand Der Spiegel et le Süddeutsche Zeitung ont sorti la vidéo tard vendredi après-midi, peu auraient prévu l’ampleur du tollé qui suivrait. Les observateurs assaisonnés de l’ongoings de politique intérieure pourraient avoir été pardonnés pour adopter une perspective cynique des ramifications d’un scandale par un parti qui leur a livré avec la régularité, dans un pays qui les a rencontrés avec peu plus que le fatalisme. Personne ne pourrait avoir prévu que la vidéo mènerait aux événements qui ont vu la démission de Vice-chancelier Heinz-Christian Strache, a mis fin à la coalition gouvernementale et quitter le pays en émoi. Personne ne pourrait avoir prévu que le mot Ibiza deviendrait synonyme avec la corruption et l’hypocrisie de l’extrême droite.

Strache n’a pas certainement fait. Pendant des années, l’Île baléare avait servi de sa destination vacances de choix, un symbole de son lien avec son électorat, le contrastant aux politiciens courants ‘élitistes’ qui préfèrent dépenser leurs vacances dans des environnements plus luxueux. Maintenant il serait pour toujours associé à la fin honteuse à son charme de 14 ans comme le président du Parti de Liberté autrichien (FPÖ).

Il y a certainement une ironie dans le fait que Strache, qui a mené son parti au succès en promettant des réponses simples aux questions complexes, a mis nu la corruption de son parti d’une façon si flagrante que tout le monde pourrait le comprendre. Dupé dans l’acceptation d’une réunion avec un milliardaire russe présumé et alimenté par – au moins – les montants copieux de Vodka le Taureau Rouge (son choix de boisson énergisante ayant soit son action la plus patriotique de soirée dite), il a continué à offrir cet investisseur potentiel, une femme il n’avait jamais respecté auparavant, pratiquement tout ce que son pays doit offrir.

Les contrats publics, précédemment accomplis par des adversaires politiques, pourraient être les siens pour la prise. La privatisation l’entreprise diffusante publique ORF était dans les plans, après l’exemple brillant de la Hongrie voisine. En vendant même l’approvisionnement en eau potable autrichien, un tabou dans la politique autrichienne, n’était pas inconcevable. Tout ceci en échange d’une donation de campagne illégale entre un demi-million et deux millions d’euros, autres investisseurs, aisément nommés par Strache, avait déjà fait. Peut-être le plus d’une façon critique, il a promis son aide dans l’acquisition d’un intérêt dans le tabloïde Kronen Zeitung, un monstre de médias et un centre de longue date de pouvoir politique en Autriche. Si une telle prise de contrôle pouvait arriver, Strache a conjecturé, les journalistes critiques dans le journal seraient remplacés par les partisans et son parti pourrait gagner 7 points de pourcentage dans les élections suivantes.

 

La corruption non déguisée et sans gêne montré dans les enregistrements cachés a envoyé des ondes de choc partout dans l’Europe et a électrifié la population autrichienne. Pendant ce week-end en mai, le mot Ibiza a dominé chaque discussion publique et privée. Les rounds de discussion télévisés ont été montrés dans des bars et des cafés. Les milliers de gens se sont réunis devant les bureaux de Chancelier Sebastian Kurz samedi, l’exigence, avec l’impatience croissante, une déclaration publique.

Kurz n’avait pas prévu cette réaction non plus. C’était la première fois qu’il a dû faire face à une crise de coalition comme le responsable du gouvernement. Auparavant, les deux partis gouvernementaux n’avaient extérieurement projeté un sentiment de l’harmonie avec la discipline excellente. Le gouvernement réussissait dans des sondages, les partis d’opposition étaient inefficaces et le Parti Des gens (ÖVP) Avait avec astuce essayé d’exploiter les scandales ordinaires inévitables qui résultent le FPÖ ‘ s de la proximité occasionnelle à l’idéologie Nazie en indiquant que leur était ‘ le parti « d’aile droite présentable.

Kurz n’a pas eu aucune raison de soupçonner que ce week-end en mai devrait prouver n’importe quel différent. Ainsi, tandis que Strache a annoncé sa démission et le public est devenu de plus en plus impatient, Kurz a essayé d’utiliser la sa misère de partenaire de coalition dans son intérêt. Selon FPÖ Des ministres, il a demandé la démission du ministre de l’Intérieur Herbert Kickl, le coupable en chef de beaucoup de scandales mentionnés ci-dessus, dont les politiques reflètent la même vue problématique de libertés démocratiques que Strache exprime dans la vidéo d’Ibiza. En retour, Kickl pourrait avoir un autre ministère, tandis que le ÖVP reprendrait du ministère de l’Intérieur. Si ces demandes ont été respectées, Kurz était enclin à continuer la coalition.

Dans ceci, d’habitude impeccablement le tacticien perçant semble avoir fait une erreur de calcul sévère. La pression des rues à l’extérieur de son bureau aussi bien que des politiciens européens pairs, en particulier de CDU/CSU allemand (où il est révéré comme l’incarnation d’une alternative au conservatisme de Merkel), précisée bientôt que la continuation avec la coalition était une proposition intenable. Kurz ambitieux n’était pas prêt à risquer un avenir potentiel dans la politique européenne sur une coalition pleine du scandale. Au lieu de cela, samedi soir, plus de 24 heures après la publication de la vidéo, il a annoncé qu’il n’avait aucun autre choix, que de terminer la coalition avec le Parti de Liberté et l’appel d’élections subites.

Depuis lors, Kurz a essayé d’atténuer les retombées de cette faute. Un joueur comme son idole politique, l’ancien chancelier autrichien Wolfgang Schüssel, il a doublé la mise sur son pari en insistant sur le déplacement de Kickl du bureau, qui ont incité la démission de l’autre FPÖ Les ministres et risque une motion de censure contre Kurz lui-même. Sans tenir compte du résultat de ce vote, le chaos politique causé par ces événements n’est pas certainement avantageux dans un pays qui estime la stabilité et le consensus. Quelques observateurs se demandent si Kurz a perdu son contact de Midas et aura d’invulnérabilité.

Pourtant, il peut toujours apparaître victorieux de cette situation. En 2002 Schüssel avait géré un tel exploit quand le corps à corps du Parti de Liberté l’a rapporté 42 pour cent des voix et a réduit le FPÖ à 10 pour cent. Il est clair que Kurz utilisera cette stratégie de rechercher déçu FPÖ Des électeurs en soulignant la stabilité. Soutenu par Kronen Zeitung et d’autres médias de tabloïde – incluant l’Allemand Bild – et fonctionnant contre une opposition plutôt apprivoisée, Kurz à cette étape est le coureur de tête, bien qu’il puisse être à court de partenaires de coalition après que les deux derniers mariages se sont finis en divorce acrimonieux.

le FPÖ semble en attendant déterminé pour rabaisser Kurz en bas l’abîme auquel il fait face. Il continuera à se représenter comme la victime de forces sombres, indiquant le minutage suspect de la sortie de cette vidéo de deux ans et le fait qu’il a été sorti par des médias allemands. Si la vidéo avait en effet été destinée d’endommager l’extrême droite en avant les élections européennes de dimanche prochain, il avait l’effet de renationaliser le débat politique en Autriche. Dans le climat actuel, l’élection de l’Union européenne semble peu plus qu’une pensée après coup.

L’opinion communément admise et de premiers sondages suggèrent qui a désaffecté FPÖ Les électeurs dépenseront le week-end prochain en mai à la maison, menant à une défaite électorale douloureuse et portant un coup significatif à l’alliance européenne de droite dans un de ses bastions. Il est aussi vrai que Kronen Zeitung fait maintenant campagne lourdement contre le FPÖ, qui pourrait coûter le parti 7 points de pourcentage ou plus.

Cependant, il est prématuré de célébrer la mort du Parti de Liberté. Il a une organisation de sol efficace, dans Norbert Hofer un candidat qui en 2016 presque a obtenu 50 % des votes pour le président et, selon les confessions de Strache Ibiza, des donateurs avec des poches profondes et des lèvres serrées. Un week-end et une île ne seront pas suffisant de battre la menace de l’extrême droite. Pas en Autriche et pas en Europe.