La gauche (dés)unie européenne (GUE-NGL) et l’intégration européenne

La gauche (dés)unie européenne (GUE-NGL) et l’intégration européenne: le paradoxe non résolu se poursuit dans les 2019 élections européennes

17.05.2019  |  Álvaro Oleart

La gauche a eu une relation historiquement problématique avec l’intégration européenne, qui se reflète dans le positionnement du groupe politique de l’Union européenne (UE) du Parlement européen gauche unitaire-Nordic Green Left (GUE-NGL), situé à gauche de S&D et le Verts. Depuis ses débuts dans les années 1950 jusqu’à maintenant, l’idée que la Communauté économique européenne (et, plus tard, l’UE) était un club capitaliste a été très présent. Le débat non résolu à l’intérieur de la gauche sur ce qu’il faut faire en ce qui concerne l’intégration européenne a explosé en juin 2016, lorsque les militants britanniques de gauche travaillant ensemble dans des campagnes telles que STOP TTIP (l’accord commercial UE-États-Unis) se sont retrouvés à travailler sur des côtés opposés référendum sur le Brexit.

Le paradoxe entre le groupe GUE-NGL découle du fait qu’ils critiquent souvent l’UE pour ne pas faire plus pour réduire les inégalités et la pauvreté, pour ne pas protéger suffisamment de services publics et de travailleurs, ou pour ne pas lutter contre le changement climatique assez ambitieusement. Dans le même temps, les députés de la GUE-NGL sont également très prudents dans la défense de l’intégration européenne et de l’autorité légitime des institutions de l’UE pour mettre en œuvre des politiques à l’échelle de l’Europe. Peut-être la meilleure illustration de la position ambivalente de GUE-NGL en ce qui concerne l’intégration européenne est le (manque de) soutien à la création d’une circonscription transnationale pour les élections européennes, compte tenu de leur vote fractionné en ce qui concerne la création de listes pour les 2019 élections européennes. Comme le graphique ci-dessous l’indique clairement, le GUE-NGL a été extrêmement divisé dans le vote, et est la seule partie à gauche du PPE de droite à voter principalement contre les listes transnationales.

L’illustration la plus évidente de l’ambivalence de GUE-NGL envers le projet européen est le fait même qu’ils n’ont pas un manifeste ou un programme commun pour les 2019 élections européennes. En conséquence, les différents membres du groupe de gauche européen ont leur propre programme politique. Un exemple est le parti politique espagnol Podemos, qui n’a pas seulement un programme pour les prochaines élections européennes (disponible ici), mais aussi un «traité pour une nouvelle Europe» (disponible ici). Les deux documents reflètent le paradoxe de GUE-NGL: il comprend de nombreuses propositions ambitieuses dans des domaines importants tels que la participation citoyenne, les services publics, la migration, l’environnement ou les inégalités, mais en même temps reproduit l’idée que l’UE est une sorte de la «bureaucratie» autonome.

De même, le membre français de GUE-NGL, l’insoumise de La France de Mélénchon, a son propre programme, qui dit à la page 4 : « Cette Union a dévoré nos acquis sociaux. Il s’attaque à nos pensions et détruit nos services publics qui doivent être constamment marchandisés, il impose le libre-échange aux gens et à la nature. Elle pollue nos vies et notre santé. L’oligarchie qui l’anime utilise les chaînes des traités européens pour contrôler les peuples. La crise grecque a définitivement montré le caractère violemment antidémocratique et l’aveuglement libéral des institutions actuelles de l’Union européenne ». La GUE-NGL a cependant un Spitzenkandidaten commun, Violeta Tomić, un député membre du parti slovène appelé la gauche. Tomić a participé au débat de Maastricht aux côtés de son compatriote Spitzenkandidaten Frans Timmermans (S&D), Bas Eickhout (Verts), Guy Verhofstadt (ADLE) et Jan Zahradil (ECR), mais son profil européen est bien inférieur à celui de ses rivaux. De plus, GUE-NGL a du mal à comprendre son récit de lutte contre les partis centristes néolibéraux illustrés par Merkel et Macron, ainsi que contre les partis d’extrême droite émergents, illustrés par Salvini et Orban.

Le récit articulé par GUE-NGL vise à recueillir le plus grand nombre de votes à gauche du groupe S&D, conçu comme un « néolibéral léger », mais qui a lutté jusqu’à présent. Le manque de résonance des idées de la GUE-NGL jusqu’à présent peut peut-être s’expliquer par le manque de coordination paneuropéenne. Il existe une tension inhérente entre GUE-NGL et diem 25, le parti politique transnational dirigé par Yanis Varoufakis qui tente de créer non seulement un groupe politique européen, mais un parti politique transnational. Fait intéressant, Diem 25 a un programme européen concret et Varoufakis lui-même se présente comme candidat en Allemagne, ce qui représente bien leur tentative d’européaniser la politique. Le fait que diem et GUE-NGL, deux groupes politiques qui font appel à la même circonscription de gauche à la gauche des sociaux-démocrates, sont en cours d’exécution dans les plates-formes complètement séparées (et dans certains cas même se disputer, comme en Espagne, où diem court aux côtés d’Actúa, en concurrence avec Unidas Podemos Cambiar Europa, et en France, où diem court avec Génération.s, en concurrence avec La France insoumise) reflète la division de la gauche lorsqu’il est question d’intégration européenne. En effet, en l’absence d’un programme et d’une stratégie paneuropéens cohérents, certains membres de la GUE-NGL flirtent, de façon assez dangereuse, avec l’idée du « socialisme dans un pays».

Le type de politiques sociales que GUE-NGL voudrait être avancé est très clair. Par exemple, le programme de Podemo pour les élections de l’Union européenne est plein de propositions intéressantes, comme le don de l’initiative législative au Parlement européen, l’établissement d’un Parlement de la Zone Euro, un impôt européen pour des entreprises numériques transnationales, un salaire minimal européen ou un Nouvel Accord Vert. Cependant, il est peu clair comment ces politiques pourraient jamais être en réalité mises en oeuvre au niveau européen. Les Commissaires sont choisis par des États membres de l’Union européenne et le Conseil européen propose le président de la Commission européenne. Le Conseil de l’UE reste un acteur institutionnel beaucoup plus fort en comparaison du Parlement européen et donne des gouvernements nationaux un beaucoup plus fort disent dans la formation de politiques de l’Union européenne. Étant donné que le seul État membre de l’Union européenne qui est dirigé par un membre de GUE-NGL est la Grèce avec Syriza et ce Syriza a été aux pourparlers avec le groupe de S&D, il semble plutôt évident que GUE-NGL n’offre pas de nos jours à une alternative viable. De plus, la question d’organisation d’une campagne centrale pour GUE-NGL pour les élections de l’Union européenne semble être le changement climatique, un sujet auquel le groupe a consacré l’énergie particulière, publiant même « un Manifeste Climatique » de Secours.Tandis que le manifeste est très ambitieux en ce qui concerne les demandes faites à l’UE, il est non seulement peu clair comment de telles demandes peuvent être accomplies institutionnellement (considérant qu’un accord intergouvernemental est peu probable), mais aussi GUE-NGL peut à peine rivaliser avec les Verts quant aux politiques environnementales, qui de plus ont Un programme européen concret et cohérent.

L’élan aux élections 2019 de l’Union européenne reflète le (le manque de) l’unité du GUE-NGL, particulièrement quand traitant l’avenir de l’UE. Tandis que GUE-NGL a des propositions de politique très ambitieuses, mais manque d’une stratégie politique européenne et n’a même pas de programme européen commun.